Appels téléphoniques déplaisants, voire même menaçants, à répétition, sms insultants faisant sonner votre téléphone à toute heure du jour et de la nuit, messages agressifs laissés quotidiennement sur votre répondeur… En France, le harcèlement téléphonique est puni par la loi. Mais quand on est la victime, on ne sait pas toujours comment réagir afin de faire cesser cette détérioration progressive de sa vie privée, surtout quand l’auteur en est un proche ou encore, dans le milieu professionnel, un patron ou collègue malveillant. Que faire en cas de harcèlement téléphonique ?

Qu’est-ce que le harcèlement téléphonique ?

Tout d’abord, il convient de faire la différence entre le harcèlement téléphonique à proprement parler et le démarchage commercial qui, lui, n’est pas passible de peines. Au regard de la loi, on est harcelé au téléphone dès lors qu’on reçoit, à une certaine fréquence, des messages ou appels téléphoniques qui sont perçus comme une agression ou une intrusion dans sa vie privée. Les trois quarts du temps, la victime de harcèlement téléphonique n’ignore rien de l’identité de son agresseur, qui la harcèle à visage ouvert, mais il arrive également que les appels soient passés à partir d’un numéro anonyme, décuplant, par ailleurs, le sentiment d’angoisse de la victime.

Contactez votre opérateur téléphonique

Si vous êtes harcelé par un proche comme, par exemple, votre ex-conjoint, qui ne supporte pas de vous voir refaire sa vie sans lui et décide de vous empoisonner l’existence par l’intermédiaire de votre mobile, commencez par contacter votre opérateur téléphonique et par lui demander de mettre le numéro de téléphone de votre persécuteur dans la liste des indésirables. Ainsi, votre ennemi pourra continuer à vous harceler, vous n’aurez plus connaissance de ses messages ! Pour plus de précautions, vous pouvez également en profiter pour changer de numéro de téléphone et par mettre le nouveau sur liste rouge.

Portez plainte

Cependant, les trois quarts du temps, en cas de harcèlement téléphonique, que vous connaissiez ou non l’identité de la personne qui a décidé de s’en prendre à vous, vous avez tout intérêt à porter plainte avant que votre qualité de vie ne pâtisse tout à fait de ces appels menaçants ou dépréciateurs. C’est en effet le seul moyen dont vous disposez pour mettre fin à un petit jeu qui, selon la personne qui en est l’auteur, risquerait, autrement, de dégénérer. Prenez note des heures précises auxquelles les appels vous parviennent, faites des captures d’écran des sms reçus, enregistrez la voix de votre correspondant et rendez-vous au commissariat le plus proche. Votre persécuteur pourrait être condamné jusqu’à un an de prison.